mardi 5 septembre 2017

Plus c'est gros...





















16 commentaires:

  1. Bravo pour votre sujet, bien argumente, joliment illustre.

    RépondreSupprimer
  2. Votre chronique ici est ridicule par rapport à la séquence sur Jamel vois rentrez dans une pseudo polémique pour rien que vous créez de toute pièce car c'est votre gagne pain! Avez vous regarder la séquence en entière ? Non car sinon vous auriez compris le ridicule de votre article aujourd'hui sur votre blog !
    De plus il faut rire de tout, du handicap du racisme, etc car cela marche beaucoup plus qu'en imposant des lois ou en interdisant des termes! L'humour est la meilleure arme pour l'éducation des adultes! On accepte pas que l'on nous impose des choses mais ainsi cela passe mieux!
    Je pense être plus à même que vous de juger cette séquence de quotidien car abordant bientôt les 30 ans et souffrant de presque 25 ans d'obésité et autant de moqueries je connais et je sais très bien ce que c'est quand on se moque des gros ! Vous ne savez pas ce que c'est de se faire traiter de "gros porc", "bouboule", quand on compare vos vêtements avec vos camarades de classe voir d'amis et qu'ils vois disent qu'ils "peuvent rentrer à 2/3/4 dans votre pantalon ou manteau" par exemple. Ou bien à la cantine quand vos camarades de classe qui n'ont plus faim vous dise "donne à Marc il à tout le temps faim " quand ils ne peuvent pas finir leur assiette.... Alors non vous ne connaissez pas ça bien évidemment sinon vous ne vous seriez pas senti visé comme moi par cette séquence du Petit Q de quotidien car Jamel ne se moquait pas des gros mais d'une situation mais bon vous avez voulu réagir sur un sujet que vous ne connaissez pas et cela se voit...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors d'abord, si, bien sûr que je l'ai vu en entier cette séquence, plusieurs fois même puisque je n'en ai retiré des phrases exprimées telles que. Elle m'a profondément dérangée, à chaque visionnage, et si ce n'est pas votre cas, tant mieux.
      Ensuite, non, je ne tire aucun bénéfice d'un tel post. Croyez-vous naïvement que je sois payée pour cela ?

      Vous semblez dire que je ne connais rien au rejet que vous avez subi. C'est le cas en effet puisque mon corps rentre dans les normes imposées aux femmes dans notre société, cependant je connais bien d'autres formes de moqueries comme celles liées à l'homophobie par exemple. Et je pense pouvoir dire qu'elles sont sûrement aussi violentes (la séquence d'Hanouna avant l'été par exemple m'a fait souffrir et a fait souffrir mes amis homos).
      Cependant je ne considère pas qu'on puisse se moquer de certaines personnes et pas d'autres, je ne mets pas d'échelle dans les causes à défendre, qu'il s'agisse d'homophobie, de misogynie ou d'antisémitisme. Chaque personne a droit à la dignité et je constate que les moqueries envers les gros sont toujours aussi agressives et méprisantes.

      Enfin dernière chose, je ne comprends pas que vous exprimiez la souffrance que vous avez vécue du fait de votre surpoids et que vous ne voyiez pas le problème qu'il y a dans le fait de se moquer avec autant de mépris, à la télévision, un soir de grande écoute, d'une femme parce qu'elle est grosse et ose dire qu'elle a couché avec un rappeur riche et célèbre. Tout le monde a compris que le "impossible" de Jamel était lié au corps de la femme et c'était d'autant plus gênant qu'il voulait repasser l'image après le reportage, pour bien appuyer là où ça fait mal.
      Bien sûr que c'est stigmatisant pour toutes les personnes qui souffrent de surpoids, vous compris, et ce genre de comportement n'aide pas à ce que s'arrête les agressivités dans les cours d'école (que vous racontez).

      Sur ce, bonne continuation.

      Supprimer
    2. cher Muriel ne changer rien. La seule erreur que vous avez fait c'est de faire constater que Djamel donneur de leçon ferait mieux de temps en temps s'appliquer ses recommandations sur le racisme ou autre sujet à lui même.
      Bravo pour votre blog .

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Merci, merci. J'ai moi-même vu l'émission et cette moquerie à répétition m'a rendue furieuse. Depuis, je n'ai pas vu de réactions sur les réseaux sociaux. D.D. devrait rentrer dans la police, puisqu'il sait par un simple coup d'oeil qui ment et qui dit vrai, qui est victime et qui ne l'est pas.
    Par contre, je ne crois pas que le public, le présentateur ou les autres invités étaient mal à l'aise. Il me semble avoir entendu d'autres rires, derrière les exclamations de D.D. Je pense d'ailleurs que le Petit Q a fait exprès de choisir de montrer cette seule victime (elles sont trois en tout), pensant sans doute qu'il ferait rire à ses dépends. C'est tout à fait dans l'esprit de l'émission, qui a bcp de progrès à faire sur le sexisme et les discriminations.
    C'est fou comme tu as bien su rendre le visage de cette femme.

    RépondreSupprimer
  5. Heureusement qu'après avoir sorti du jeu les gros/grosses, il nous restera les roux/rousses pour rire, hein ! Et pour un pti bûcher de sorcières de temps en temps, roulez jeunesse !

    RépondreSupprimer
  6. Marc, peu importe que vous soyez vous même en situation d'obésité et que vous ne soyez pas dérangé par l'attitude de D.D. Il est juste intolérable que des enfants soient tyrannisés par d'autres enfants parce qu'ils sortent de la courbe de poids. Les modèles sont les adultes. Malheureusement la télévision devient une sorte de guide de conduite parce qu'elle se connecte partout où les gens l'allument. Heureusement, que des personnes comme Muriel, dénonce avec un certain talent cet instant de mépris collectif envers une femme qui n'est pas dans la norme.
    Il faut se battre contre tous les mépris! Surtout ceux qui ne nous concernent pas

    RépondreSupprimer
  7. Bah quand on voit votre dessin publié sur l'huffpost on peut se dire qu'ils vous ont payé non? Sinon vous vous etes faite rouler dans la farine ;) par contre justifier le fait qu'on ne choisit pas d'etre gros grosso modo parce qu'on est pauvre, bonjour la condescendance!! On ne choisit pas sa couleur de peau ou son orientation sexuelle par contre on choisit de manger moins de frites et de bouger plus donc vos polemiques sauce social justice warrior USA merci de ne pas les importer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que le propos sur le lien entre être en surpoids et être pauvre a mal été compris—en aucun cas, Muriel Douru n'indique qu'une personne en surpoids a choisi d'être en surpoids. Elle souligne, à la suite d'un chercheur, qu'il y a un lien entre les deux—vraisemblablement car être pauvre ne permet pas de bien se nourrir, mais aussi parce qu'être en surpoids ou en situation d'obésité mène à un rejet socio-professionnel (similaire à celui du rejet décrié dans cette BD), qui mène à la pauvreté.

      Supprimer
  8. Bien vu muriel et bien senti : Jamel est bon quand il défend mais maladroit et pas drôle quand il "titille"! Le problème avec la grossopjoboe c'est qu'on s'en rends jamais compte (moi le premier)...
    Richard

    RépondreSupprimer
  9. J'réponds à la première question, non, la grossophobie n'est pas du racisme, c'est de la grossophobie, point barre.

    Je commence à saturer (ce n'est pas directement tourné contre toi, hein !!) que les gens utilisent le terme de "racisme" pour tout et n'importe quoi ...

    J'reviens pas sur le sujet "polémique" du post, je n'ai pas vu la séquence en question.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée mais il y a deux définitions du mot "racisme":
      1- Idéologie fondée sur la croyance qu'il existe une hiérarchie entre les groupes humains, les « races » ; comportement inspiré par cette idéologie.
      2-Attitude d'hostilité systématique à l'égard d'une catégorie déterminée de personnes : Racisme antijeunes.
      (cf Le Larousse)
      et c'est bien sûr selon la deuxième définition qu'il faut entendre mes propos.
      Muriel

      Supprimer
  10. Je rejoins Kang Ourousse. La seconde définition est consécutive à l'utilisation que nous avons fait du mot. En tant que grosse et racisée, je trouve très maladroit d'assimiler l'une (la grossophobie) à l'autre (le racisme). Essayez de dire devant une féministe que le sexisme, c'est du racisme et on en reparle. Après tout, on pourrait le rentrer dans la 2nde définition en poussant un peu. Je suis convaincue de la puissance des mots. Ce sont eux qui construisent notre pensée et non l'inverse. Si l'on cache la grossophobie dans le racisme, on cache la lutte qui s'organise, l'indignation de cette majorité silencieuse (on est grosses au-dessus du 38 alors, ça fait du monde lol). Comprenez qu'il ne s'agit pas d'une attaque personnelle et que j'ai bien conscience que vous utilisez correctement le français, mais entendez qu'il peut-être désagréable de lire ceci, même si c'est juste et balancer la définition du Larousse n'est pas la meilleure des solutions de communication. De plus, pour la plupart des racismes "anti-nawak", il existe des termes plus appropriés. Il est bien dommage que nos contemporains ne s'en saisissent pas. Mais c'est un autre débat.

    RépondreSupprimer
  11. Nous vivons dans une société " formatée" ?( pas sur du mot ) , Je suis d'accord avec Muriel : Avec le temps , j'ai réussi à ne plus tenir compte des réflexions , même des regards de certaines personnes : J'ai longtemps été l'objet de moqueries parce que je suis maigre !!!! Pourquoi ? parce que la mode , les médias veulent nous montrer l'homme ou la femme parfait : Pour l'homme, il est musclé a un corps bien proportionné etc... La femme , elle , a un beau visage , une poitrine " avantageuse " , de longues jambes etc.....Est ce du racisme ? pas vraiment à mon avis car il n'est pas question d'ethnie , de race ....C'est plus une forme d'ostracisme .
    En plus, je suis épileptique => dispensé de sport à l'école , exempté du service militaire : Pour l'entourage , tout ceci implique que je suis une " mauviette " .
    Alors ? Et bien j'ai décidé ( il y a longtemps) d'assumer ces différences et même de les " cultiver" Par des détails : La mode est aux cheveux longs , j'ai les cheveux courts , elle est aux cheveux courts , j'ai les cheveux longs etc....Et le top : En 1980 , lors de mon divorce , j'ai demandé et obtenu la garde de mon bébé âgé de 6 mois
    Je refuse d'entrer dans le moule .
    Si mon commentaire te ( vous ) semble inapproprié supprimes le.
    Francis.

    RépondreSupprimer
  12. Zut ! J'ai mis un long com et...disparu ! Tant pis....

    RépondreSupprimer